Qu'est-ce que la Numérologie ?

Qu'est-ce que la Numérologie ?  


"Etudiée depuis l'Antiquité, redécouverte au XX ème siècle, la numérologie se base sur l'harmonie, ou la disharmonie qui existe entre les nombres. A partir de votre date de naissance, cette science divinatoire donne des indications concernant votre avenir, en particulier, les neuf années de votre cycle personnel."  


La numérologie est une pseudoscience qui considère que à chaque lettre de son nom, de son prénom équivaut un chiffre qui détermine votre caractère, votre destin, votre personnalité, votre passé, etc. Sous couvert d'une pseudo rationalité se cachant sous un semblant de mathématiques, la numérologie est la soeur de l'astrologie.

Bien entendu, comme toute pseudoscience celle-ci, ou plutôt ses disciples, se diront les héritiers directs des sages ou philosophes de la plus haute antiquité, issus d'une tradition multimillénaire (comme de coutume) pour tenter d'asseoir leur efficacité et autorité virtuelle.  

Les prêtres égyptiens, sous le règne d'AMENOPHIS IV, dit AKHENATON, attribuent aux Nombres, une valeur symbolique et ésotérique.  

Les chiffres se distinguent des Nombres. La différenciation EXO-MESO-ESO est exploitée de même que, la géométrie et la cyclologie. Par observation, les prêtres relèvent des corrélations lettres/Nombres et les exploitent à des fins universelles. Malheureusement, sous le règne de son fils TOUTANKHAMON, les prêtres reviennent à leurs anciennes coutumes et utilisent les connaissances acquises, à des fins temporelles.  

Voilà de prime abord Akhenaton mêlé à tout cela, cependant que l'origine de la numérologie reste inconnue, remontant dans les méandres du temps, comme tout ce qui est ésotérique ou divinatoire.  

De quelles corrélations lettres/nombres relevées par les prêtres s'agit-il ? L'histoire ne le dit pas, il faut y croire c'est tout. Ils se réclameraient de la préhistoire si des nombres avaient été trouvés inscrits sur les murs des Grottes de Lascaux; mais ils ne s'arrêtent pas là, cela n'assoit pas assez leur légitimité, il en faut plus :  
"En Chine, il y a 3000 ans, FO-HI s'approche d'une démarche analogue en créant le Y-KING. MONG-TSEU, - 300 av.JC. s'en inspirera."

Un petit détour en Chine afin d'internationaliser tout ça, histoire de bien montrer que l'occident ou l'Egypte n'étaient pas les seules civilisations à avoir recours à la numérologie, mais encore :  
" PYTHAGORE : nous le connaissons par les biographies des néo-pythagoriciens tels que : Apollonius de Thyane, Porphyre et Jamblique mais leurs écrits manquent d'objectivité.  

Homme d'action, politique engagé, sa personnalité semble complexe. A sa mort, l'arithmologie (ancienne appellation de Numérologie) prend deux orientations. "
Voilà ce qu'il manquait, LA référence mathématique (bien que Pythagore ne fut pas que cela), dont le théorème du même nom est parvenu jusqu'à nous.  
Alors qu'il est mentionné que les biographes de Pythagore manquaient d'objectivité, on se demande bien comment eux (les numérologues "historiens") ont pu obtenir d'autres sources que celles que l'on connaît pour pouvoir affirmer une telle chose. Ne manque plus qu'un brin de religion :  
" Le prolongement s'effectue notamment avec : le frère de Jésus, Jacques le Mineur dit aussi Simon le Zélote (le magicien) très proche des mages samaritains de Manassé et des thérapeutes de Qumram - communauté des gardiens de l'alliance fondée en 44 av. JC par Menahem, un essénien - grand père de Marie-Madeleine. Menahem descend lui-même des prêtres asmonéens largement influencés par le pythagorisme. A la même période citons Virgile et Philon d'Alexandrie.  

Les connaissances en arithmologie arrivent en France avec Simon le Zélote qui accompagne Marie Madeleine puis elles transitent en Ecosse et en Irlande ou les Druides en feront grand usage. "
C'est le plus drôle, sans parler de l'ânerie au sujet de Simon le Zélote : les zélotes étaient un groupe de réformateurs sacerdotaux juifs relativement violents (voire hors la loi) et "nationalistes" du 1er siècle à comparer avec les sicaires (Iscariote) de la même époque, chez les numérologues par contre, ils sont magiciens (?).

Et puis confondre le Jacques de la Bible avec Simon le Zélote, il faut ne jamais avoir ouvert le nouveau testament pour dire telle bêtise, enfin tout s'embrouille, c'est d'ailleurs le but, avec un mélange des genres et une "histoire" revisitée à la sauce ésotérique.

S'ils avaient pu caser quelques druides en Palestine à l'époque, ils l'auraient fait, mais c'eut été sans doute trop gros. Les templiers aussi seront de la fête sans parler de l'Atlantide toujours ressortie quand il faut :  
"Bien qu'on soupçonne son existence, l'Atlantide ne nous a pas encore livré ses secrets. Toutefois tout porte à croire que cette civilisation recélait la science des nombres dans son plus complet achèvement."
Le mythe de l'Atlantide, que l'on doit à Platon (dans le Timée et le Critias) dont les habitants étaient des descendants de Poséidon, sert aussi au numérologue épris d'histoire (sic).  
Tout ce galimatias pose le tableau de la numérologie. Concrètement la numérologie dit qu'à chaque lettre un nombre :  

A = 1 B = 2 C = 3 D = 4 E = 5  
F = 6 G = 7 H = 8 I = 9 J = 10 ou 1(1+0)  
K = 11 ou 2(1+1) L = 12 ou 3(1+2) M = 13 ou 4(1+3) N = 14 ou 5(1+4) O = 15 ou 6(1+5)  
P = 16 ou 7(1+6) Q = 17 ou 8(1+8) R = 18 ou 9(1+9) S = 19 ou 1(1+9=10=1) T = 20 ou 2(2+0)  
U = 21 ou 3(2+1)  V = 22 ou 4(2+2)  W = 23 ou 5(2+3)  X = 24 ou 6(2+4)  Y = 25 ou 7(2+5)  
Z = 26 ou 8(2+6)  


Les chiffres et les nombres sont plus objectifs que les lettres, vous dira-t-on, c'est encore une fois une des preuves de l'universalité de la numérologie. Mais n'oublions pas qu'une "science" comme la numérologie, née dans l'antiquité égyptienne, selon ses spécialistes les plus chevronnés, nous viendrait donc d'un pays, d'une civilisation, l'Egypte, dont l'alphabet lui-même était constitué de hiéroglyphes, d'idéogrammes qui n'étaient pas au nombre de 26 et qui n'a rien de comparable avec notre alphabet. Il faudra attendre les phéniciens pour qu'un alphabet permettant une immense combinaison de mots (et d'idées) apparaisse, même les latins n'utilisaient que 16 lettres, sans compter que le français ignorait jusqu'à fort longtemps le W qui est un anglicisme.  

Les romains ont dû tout autant être relativement gênés devant la numérologie (pourtant universelle), pensez donc au E égal au V, le J=X, le A=I, à n'y plus rien comprendre...  

Mais encore l'hébreu qui ne compte que 22 lettres, le grec 24, l'arabe, tout compris plus de 80, le russe 22. Alors quid de l'universalité ? Quid de l'objectivité de cette "science" ? La numérologie ne tient en outre pas compte du fait que les lettres ne sont que la transcrïption de sons et que beaucoup de lettres rapportent le même son : le S qui peut être produit aussi bien avec un C qu'avec un T, le G comme le J, le K comme le C, comment calcule-t-on le "ß" allemand ? Comme deux S ?...  

Pourquoi ne pas en tenir compte lorsqu'on se veut être scientifique ? Parce qu'il s'agit d'une science divinatoire, i.e. transcendantale ?  
Que vous apprend la numérologie ? Que si vous vous appelez François, il faut décompter ainsi :  

F=6 - R=9 - A=1 - N=5 - C=3 - O=6 - I=9 - S=1  
Total : 40 = 4 + 0 = 4  
vous vous appelez Albert cela se décompte ainsi :
A+1 - L=3 - B=2 - E=5 - R=9 - T=2  
Total : 22 = 2 + 2 = 4  

Que vous soyez François Mitterrand ou Albert Einstein votre destin est le même, rien à redire, les chiffres ont parlé, c'est scientifique !
Que vous soyez Hélène ou François, vous êtes 4 et c'est tout !
On procède de la même manière avec le nom qui débouche sur un nombre d'hérédité, que vous portiez le nom de votre père ou pas peu importe ! Votre date de naissance est aussi mise à contribution ...

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site