Qu'est-ce qu'une É.M.I. ?

Qu'est-ce qu'une É.M.I. ?


Le Dr. Raymond Moody a rassemblé dans son livre de 1976, (La vie après la vie, Robert Laffont, 1977) 150 récits d'Américains ayant échappés à la mort et rapportant des souvenirs similaires d'un voyage qu'ils auraient fait pendant leur coma. Ce livre a été une révélation pour bien des personnes qui avaient vécu une expérience similaire et que l'on nomme Témoins.



On en a tiré un modèle-type (ou syndrome), appelé É.M.I. Expérience de mort imminente (en anglais N.D.E. Near Death Experience ) et qui comprend : le danger de mort (DM), la sortie hors du corps (SHC), la traversée du tunnel débouchant sur une Lumière-Amour (TLA), le panorama de vie (PV), la connaissance totale (CT), la rencontre d'entités, d'éléments paradisiaques ou de messages (EPM), la frontière non-franchie et le retour accepté ou subi, (FR), puis un changement de vie positif (CV). Cette vie désormais vouée à l'amour inconditionnel et au service est la caractéristique de l'ÉMI.



Des récits similaires avaient déjà été rapportés par Platon, Plutarque, Bède, le pape Saint Grégoire le Grand, Heim, etc. De plus ils correspondent à ce qu'enseigne le Bouddhisme tibétain dans ses livres sur le Bardo-Thödol (intervalle entre les réincarnations).



L'étude des ÉMI provoque déjà des transformations considérables (individuelles, scientifiques, médicales, sociales) et la recherche va faire reconnaître cette possibilité et son importance. On doit rapprocher les expériences de NDE des récits du "voyage" des initiés au Bwiti, abstraction faite des éléments d'origine purement culturelle, les visions et les changements qui s'opèrent dans la vie de la personne sont similaires.



De très nombreuses personnes ayant frôlé la mort à la suite d'accident grave ou d'une noyade, des personnes sous anesthésie à la Kétamine décrivent une expérience extraordinaire qui les marquera pour le restant de leur vie.



"je quitte mon corps, je flotte au dessus de lui, je le vois, je vois les secours (les chirurgiens) autour de lui.
Puis je suis happé par un tunnel très sombre, au bout, il y a une lumière éclatante. Je ressens une émotion intense.

Je vois défiler toute ma vie. J'en revois des événements très précis, je découvre leur vrai sens.

Des gens (des saints, Dieu) me parlent, me posent des questions sur ma vie, je discute avec eux...

Enfin, je décide de revenir.

Depuis que j'ai vu l'autre côté, (que je suis revenu du royaume des morts), je suis changé, j'ai compris le sens de ma vie. Je n'agis plus comme avant."

Cette expérience revêt, suivant les personnes, un caractère plus ou moins mystique, mais les grandes lignes restent les mêmes.

Philippe Chambon dans l'article "COMA, aux portes de la mort... Ce qu'ils ont vu". (Science et vie N° 962. Novembre 97) précise:

"Les chercheurs ont établi une liste de critères permettant de caractériser les NDE:

sensation de quitter son corps, passage à travers un tunnel ou un espace obscur, émotions intenses, perception d'une lumière mystérieuse, perception d'un discours du type "ton heure n'est pas encore arrivée", rencontre de personnages familiers ou de figures religieuses, impression de clairvoyance...




Cinq de ces sensations réunies suffisent à caractériser une authentique NDE."

Ces visions intervenaient fréquemment sous anesthésie à la Kétamine (qui n'est plus utilisée depuis la fin des années 80) or l'étude de son action (Karl Jansen) montre qu'elle se fixe sur les récepteurs neuronaux NMDA: N-méthyl-D-aspartate et les bloque. Les récepteurs NMDA sont normalement activés par une molécule naturelle: le glutamate.



"Or le glutamate est le neurotransmetteur excitateur le plus important du système nerveux central. Les neurones à glutamate sont essentiellement situés dans le cortex et dans l'hippocampe, formation cérébrale impliquée dans les processus de mémoire et dans les émotions, qui intègre les signaux en provenance de nombreuses parties du cerveau. Le glutamate joue un rôle vital dans tous les processus cognitifs auxquels participe le cortex: la pensée, la mémoire et la perception. Ce récepteur est notamment impliqué dans ce que l'on appelle la potentialisation à long terme, phénomène lié à la mémoire...



D'autres neurotransmetteurs ont été longtemps soupçonnés d'être à l'origine des NDE: les endorphines. Ces molécules proches de l'opium sont sécrétées en abondance dans les états de mort imminente. Mais elles ne provoquent ni hallucination ni dissociation. Sans être directement à l'origine des NDE, les endorphines sont plus probablement impliquées dans la félicité qui les accompagne généralement. De plus les endorphines semblent bloquer les cellules inhibitrices de l'activité de l'hippocampe. Dans la mesure où cette formation joue un rôle fondamental dans les processus de mémorisation, sa désinhibition pourrait expliquer l'actualisation simultanée de nombreux souvenirs." (Chambon)



Au delà des considération "chimiques", l'essentiel dans les NDE reste le changement psychique de la personne.

Celui qui revient n'est plus exactement celui qui est parti: il a vu, il sait, il construit désormais sa vie sur de nouvelles certitudes.

Exactement comme l'initiation qui fait naître un homme nouveau.



Quand le KGB assassina Tsotnié Grigorievich Rodonaya, un dissident géorgien, l'opération fut menée avec soin. La voiture qui l'écrasa roula une seconde fois sur son corps afin de parachever le travail. Ce corps malmené -fracture du crâne et de la colonne vertébrale- fut ensuite transportée à la morgue, et congelé en attendant l'autopsie. Trois jours plus tard, au premier coup de scalpel, Rodonaya ouvrit les yeux. Le médecin légiste les lui referma avant de poursuivre sa tâche. De nouveau, le cadavre rétif ouvrit les yeux : contre toute attente, Rodonaya était encore en vie.



Stupéfiante en soi, sa survie est bien moins étonnante que ce qu'il raconta plus tard au sujet de son expérience. Alors qu'il était o mort ", il fut attiré dans un monde de lumière où les lois de la science n'avaient plus cours : il pouvait se déplacer partout dans ce monde, voir à travers les murs, lire dans la pensée des gens et explorer le temps.



Aucun médecin n'aurait pris ses propos au sérieux si Rodonaya n'avait apporté des preuves concrètes : au cours de ses "voyages~>, il avait entendu les cris d'un nouveau-né provenant d'un hôpital voisin. Grâce à sa vision pénétrante et à sa perception accrue, il vit que l'enfant avait une fracture de la hanche, non décelée à la naissance. Dès qu'il retrouva la parole -trois jours après la tentative d'autopsie-, il informa le personnel hospitalier de l'état réel de cet enfant.



Normalement, Rodonaya n'aurait même pas dû connaître l'existence de ce bébé et moins encore la lésion dont il souffrait. Une radiographie de l'enfant lui donna raison. Aujourd'hui encore, la seule explication à ce mystère reste celle fournie par Rodonaya lui-même.

--Message edité par karin598 le 2007-01-24 17:09:53--

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Commentaires (1)

1. sylvain pilon 14/11/2012

moi aussi jai vécu quelque chose d'encore plus étrange

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×